Qu’est-ce que la connaissance ?


La connaissance est l’aboutissement de la transformation d’une ou plusieurs données en informations puis en connaissance :

Pyramide des savvoirs

Source : Pyramide des savoirs, ITIL v3

Donnée

Une donnée est un élément brut décrivant une réalité.
La donnée n’est pas située et n’est pas compréhensible hors de son contexte

Exemple :

  • Jean
  • DA12345
  • Préparation

Information

L’information est un ensemble de données formées et interprétées pour prendre sens.
L’information est contextualisée et est compréhensible par les connaisseurs ou les sachants uniquement.

Exemple :

  • DA12345 est un numéro de demande d’achat de matériel informatique
  • Jean est le demandeur
  • Une demande d’achat est transformée en commande lorsqu’elle atteint le statut ‘Validée’
  • Responsable achat est l’acteur qui peut passer une demande d’achat du statut ‘Attente validation’ à ‘Validée’

Connaissance

La connaissance est un regroupement d’informations permettant de comprendre une situation, prendre une décision et/ou lancer une action.
La connaissance est liée au contexte de son organisation et est compréhensible par ses différents acteurs.

Exemple :

  • Pour envoyer une commande de matériel au fournisseur, il faut que :
    • Le demandeur (Jean) finalise sa demande d’achat (DA12345) et la passe au statut ‘Attente validation’
    • Le responsable achats valide la demande d’achat

Savoir

Le savoir est l’intégration ou intériorisation de la connaissance par quelqu’un. C’est l’aboutissement du processus qui peut alors se répéter avec d’autres acteurs pour que chacun dispose du même socle de connaissances.

Nous avons besoin de capitaliser

Le regroupement et la contextualisation des données en informations puis en connaissances est coûteux en temps et en effort d’analyse.
C’est pourquoi il faut capitaliser le travail effectué et stocker la connaissance extraite pour la conserver à disposition et ne plus avoir besoin de réitérer toutes ces étapes lorsque nous en aurons de nouveau besoin ou pour la partager avec d’autres acteurs.

Nous essayons de capitaliser nos connaissances, que ce soit via des blocs notes, de l’archivage d’emails, de documents sur notre ordinateur ou un partage bureautique mais :

  • L’effort de stockage est coûteux et les moyens à disposition ne sont pas adaptés
  • La connaissance est n’est pas structurée et est disséminée sous plusieurs formats et en plusieurs endroits
  • Elle n’est pas extractible et donc peu souvent retrouvée quand c’est nécessaire

En conséquence nous n’arrivons pas à en tirer profit, donc nous ne capitalisons plus et entrons dans un cercle vicieux.

Inversons la tendance et mettons en place un cercle vertueux de capitalisation, partage et gains en efficacité avec un outil adapté : Ogibase !

Article suivant : Simple et efficace ?